Les cours prénatals vécu par un père

Cours PrénatalsCours Prénatals

Les cours prénatals. Juste la façon d’écrire ce mot (prénatals ou prénataux?), c’est pas nécessairement facile… En fait, voici ce que j’ai pu lire sur le sujet:

Si on se fie à la logique, puisque le mot NATAL fait au pluriel NATALS, on devrait dire des cours prénatals, des examens postnatals, des soins périnatals. Toutefois, même dans les milieux médicaux, on a surtout recours à la finale en aux. D’ailleurs, plusieurs dictionnaires acceptent les deux pluriels. On peut donc utiliser prénataux, postnataux et périnataux

Si vous regardez aussi sur le site du Larousse on peut dire les deux. Cependant mon correcteur me dit que prénataux n’est pas la bonne façon d’écrire ce super mot.

En suivant cette logique, je vais vous décrire ce que je trouve de bien (prénatals) et moins bien (prénataux) de ces cours.

LES COURS PRÉNATAUX!

Les cours prénataux sont d’abord et avant tout « fucking » ennuyant. On n’y va pas de main morte, hein? C’est quand même la vérité. Évidemment, ça fait maintenant 8 ans que j’ai fait les miens, mais sincèrement ce n’est pas dans les moments les plus éblouissants de la grossesse.

Disons que c’est rare que vous entendrez quelqu’un dire « DUDE! Il faut que tu fasses les cours prénataux. » En fait, en toute honnêteté, tous les gens à qui j’en ai parlé, y’a personne qui a eu les couilles de dire qu’il a trouvé ça ennuyant. Plus souvent qu’autrement à la questions : « Comment tu as trouvé les cours prénataux? » on a droit à « Ben c’était correct. »

C’est un peu la façon poli de dire: « C’était pas super. »

allaitement

On apprends comment allaiter en cours prénatals

De mon expérience, on n’y apprend pas grand chose. Surtout de nos jours. Nous ne sommes plus à une époque où nous passons à travers l’adolescence sans avoir entendu/vu/lu des informations sur le processus d’accouchement. Même mon petit de 4 ans me dit que quand on accouche « On souffle beaucoup et ça fait mal! »

J’espère que depuis mon expérience, ils ont aussi changer les vieilles vidéos affichées pendant les cours. Des vidéos qui ne sont plus d’actualités. Tellement, que pendant la vidéo, la professionnelle qui donnait le cours a dû arrêter la vidéo et nous dire que depuis cette vidéo les choses ont changés et qu’on ne couche pas un bébé sur son ventre. Nous expliquant qu’avant on faisait ça pour éviter que le bébé s’étouffe dans son vomi. Maintenant on a appris que dormir sur le ventre augmentait les chances de mort subite du nourisson.

C’est en fait un super cours, qui selon moi, se base énormément et qui promouvoie le super manuel d’instructions qui vient avec votre bébé. Bien qu’on dit que ce n’est pas le cas.

Un enfant ne naît pas avec un manuel d’instructions.

Mieux Vivre avec son enfant

Mieux Vivre avec son enfant

Mais c’est faux! Le fameux « Mieux vivre » vous l’avez sûrement eu si vous êtes papa/maman. Si ça, ce n’est pas un manuel d’instruction, c’est tout simplement une bible. On en parlera lors d’un autre billet…

Donc, tout ça pour appuyer et argumenter que ce cours, il est franchement « platte ».

LES COURS PRÉNATALS!

J’avoue que j’ai été un peu brusque en partant, mais j’aime bien gérer les attentes comme il se doit. C’est ennuyant. On ne peut pas dire le contraire. Est-ce que je les referais suite à mon premier enfant? Non.

Ceci dit, les cours prénatals, selon moi, pour un premier enfant, c’est vraiment utile. Platte. Mais utile. Dans notre cas, moins pour les informations qu’on a reçu. Parce-que sincèrement on ne pense pas à comment respirer quand on voit les petits cheveux de son premier enfant qui se pointent par un orifice qui semble 10 fois trop petit pour passer une pomme, laissez faire une tête de bébé.

Sauf qu’on a tout plein de questionnements quand on vit ça la première fois. Tout plein d’émotions. Tout plein d’inconnu aussi. Rencontrer une « gang » de parents  qui s’apprêtent à vivre la même chose, ça a quelque chose de rassurant. Surtout quand ils osent demander les questions que tu avais peur de dire pour ne pas avoir l’air stupide. Surtout quand il raconte des histoire de grossesse que tu as vécu. Surtout quand tu peux niaiser ta blonde enceinte avec d’autres pères et qu’en unisson on mange toute une tappe sympathique, livrée par sa conjoint qui ricanne en disant la fameuse phrase : « T’es niaiseux mon amour! »

Nous sommes enceintes

T’es con!

Surtout quand tu peux parler avec un autre père qui lui aussi n’est pas capable de faire l’amour parce-qu’il a peur de crever l’oeil de son enfant. Surtout quand tu peux demander si après l’accouchement, la libido va revenir/se régulariser. Surtout quand tu peux demander « toi elle as-tu commencer à faire le ménage de la chambre en fou? ». Surtout parce-que tu peux juste te sentir avec une gang qui te comprennent « eux ».

À mes cours, c’était tous des parents pour la première fois. C’est le fun ça aussi. D’être entre personnes qui se font donner 100 000 conseils par tout le monde de la famille. Entre personnes qui sont eux aussi mélangés sur la bonne chose à faire afin de se débarasser des maux de coeur ou de s’assurer que l’accouchement se passe bien.

Un accouchement c’est un maudit gros événement. Pour la maman, certes, mais le père aussi. Nous sommes en 2015. Le père est tenu de participer activement à la vie des enfants et ce du tout début pour différentes raisons.

J’ai fait le peau à peau à la naissance de mes deux premiers fistons pour un bon nombre d’heures avant que leur mère puisse être là. Pour le faire, et me sentir confortable avec ça, je devais me sentir rassuré et confiant. Je devais justement comprendre que j’avais ma place et comment la prendre sans préjugés. Les cours prénatals m’ont aidé en ce sens.

QU’EST-CE QUE TU PENSES DES COURS PRÉNATALS/AUX POUR DE VRAI?

If that baby could be bornJe pense que les cours suivis avant la naissance pour un père, c’est une bonne « one shot deal ». On se sent rassurés à travers des rencontres avec des gens qui nous deviennent familiers (et que je n’ai pourtant plus jamais revus). En fait, je pense que ces cours prénatals/aux pourraient être remplacés par un groupe de discussion.

Pour moi ça aurait eu le même effet… sans la partie « pas cool ». Moi j’avais hâte au pré-cours-prénatals/aux. Le moment où je parlais avec les autres pères et mères. Le moment où je me sentais compris et que je me sentais comme si j’avais le droit me sentir tout confu.

Pour la vidéo « old school » et l’explication de la respiration ainsi que les autres informations, je les savais déjà. Si je ne les savais pas, je pense que ces groupes de discussions entre parents qui attendent un enfant aurait pu me renseigner aussi…

Les temps ont changés. Créer un moment afin de rassurer tous les partis impliqués avec un partage et des discussions est plus cool que d’avoir un cours avec une personne qui n’est pas trop concerné par le processus.

Toi, tu as aimé ça les cours prénatals?

Be the first to comment on "Les cours prénatals vécu par un père"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*