Silence radio

FullSizeRender

À chaque matin je me lève très (trop) tôt et je me prépare un café en quatimini pour ne pas réveiller personne dans la maison. Je m’habille en silence. Comme un Arsène Lupin je vole des bisoux à mes trois filles et à ma blonde dans la plus grande discrétion. Par la suite, j’embarque dans mon auto et je quitte pour le travail. Jacques Fabi me donne les premières nouvelles de la journée. J’embarque sur le pont Jacques-Cartier au même moment où Paul Arcand et sa bande ouvrent leur show du matin. J’arrive au bureau. Pendant mes jours de congés, souvent je suis en direction du gym quand Isabelle Maréchal est au micro. Les jours de boulot, je quitte le bureau quand Benoît Dutrizac aborde les sujets que Fabi me présentait aux petites heures du matin. Rendu sur la 20, à mi-chemin, c’est Paul Houde qui m’accompagne dans l’auto. Ça c’est quand la journée s’est bien passée, car sinon c’est Martin Mc Guire, Dany Dubé et Ron Fournier qui me font la conversation durant les longs km qui me séparent de ma famille. La gang du 98,5 fm doit me parler plus longtemps que ma propre famille dans une journée.

Hier en embarquant dans l’auto, Benoît venait d’apprendre la nouvelle d’un écrasement d’avion aux Iles de la Madeleine… L’inquiétude dans sa voix était palpable. Je suis resté stationner quelques instants, même si j’avais très hâte de revenir chez moi, le temps qu’il termine sa phrase et m’informe de ce qui arrivait. Ils étaient sans nouvelle de Jean Lapierre et le soupçonnait d’être dans l’avion en question. Je suis resté sous le choc…

Pause publicitaire

En revenant Paul Houde a pris la relève le temps que j’arrive dans mon petit coin de paradis. Petite comission, je mets de l’essence, je vais chercher mes filles à la garderie, on dirait que je prends mon temps… Boom!! Paul Houde dit les mots suivants:

 » *respire* Il est 16:35 vous écoutez Montreal Maintenant au 98,5. J’ai la très lourde tâche de vous informez… Euh, du décès de notre ami et collaborateur Jean Lapierre… « 

Silence radio

Je ferme tout… J’arrive chez nous… Je suis sous le choc… Bouleversé… J’en reviens tout simplement pas… Jean Lapierre, père de famille lui aussi, est décédé en allant rendre un ultime hommage à son papa, lui-même décédé quelques jours plus tôt. Sacramant!

J’aimais pas l’homme politique, car nous étions pas dans la même équipe. Un gars des Canadiens ne peut pas aimer un gars des Bruins, mais après sa carrière il peut dire que c’était tout un joueur, un fier compétiteur, un gars de caractère difficile à jouer contre.

Mais j’aimais beaucoup le chroniqueur coloré qu’il était devenu après sa carrière politique. Un analyste objectif et un vulgarisateur hors pair. Jean, à force de l’entendre tout seul dans mon char on dirait que j’ai le droit de l’appeler par son prénom, donc Jean était dans mes oreilles à tous les jours quand je revenais du travail. Il était une des dernières personne que j’entendais avant de débarquer de l’auto en arrivant dans mon petit chez nous…

Aujourd’hui j’ai débarqué de mon auto sous un silence radio… Aujourd’hui j’ai débarqué le coeur gros… Aujourd’hui je venais de perdre quelqu’un de mon quotidien… Aujourd’hui je me sens bizzare…

La vie peut tellement être mal faite parfois…

Jean tu allais dans un coin de pays que tu adorais. Tu te rendais, avec les tiens, voir les tiens pour une réunion de famille particulière. Tu allais tout simplement dire adieu à ton père… Le destin n’a pas le droit de faire ça! Je sais c’est quoi perdre un père Jean. Aujourd’hui je sais ce que tes enfants vivent et je suis de tout coeur avec ta maman.

Mon père à moi disait « Salut Bien! ». Toi Jean je te dis: « Salut, salut! »

Mes sympathies à ta famille ainsi qu’à la grande famille du 98,5fm.

Voilà!

JF

 

Be the first to comment on "Silence radio"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*