L’histoire, mieux quand c’est papa

image-18

Une nouvelle étude américaine, provenant de l’illustre Université Harvard, démontre que la lecture du soir serait plus bénéfique, pour l’enfant, si elle était lue par… le père!

L’étude tournait autour de l’évolution du langage chez l’enfant qui a des parents qui lui lisent des livres juste avant le dodo.

Prouvant qu’il est préférable de commencer à lire des histoires dès que son enfant (au minimum) atteint l’âge de deux ans, elle démontre également que les enfants en retire plus de positif si la narration est faite par une voix masculine, particulièrement les fillettes.

La lecture, considéré comme une activité plus maternelle, pousserait les enfants à être plus attentifs et réceptifs quand ils entendent papa s’y adonner. Toujours, selon l’étude, la version maternelle est plus didactique (couleurs, nombres, noms, lieux etc) tandis que la version paternelle, elle, est plus ludique. Ce qui pousserait la période de lecture à s’ouvrir vers la discussion, l’échange et à stimuler davantage l’imagination et par le fait même le langage.

Je crois que peu importe qui raconte l’histoire, ce temps est important, voir primordiale pour un enfant! Un moment de calme, d’affection qui, par le fait même, stimule l’apprentissage tout en garnissant leurs vocabulaire et surtout leurs imaginaire!

Un moment qu’affectionne n’importe quel enfant et n’importe quel parent avec n’importe quel enfant et n’importe quel parent!

Voilà!

JF

Be the first to comment on "L’histoire, mieux quand c’est papa"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*